Détente et Tourisme

Détente et Tourisme
De nombreuses visites et promenades sont possibles au Longeron.

Renseignements en Mairie.
Tél : 02 41 46 54 06

L'étang du Pavillon

C'est un étang artificiel d'origine ancienne construit sur l'amont du bassin versant du ruisseau des Vionnières dont il est la source.

Il s'appelait jadis l'étang de Tiffauges et faisait partie de l'immense propriété du domaine de la Fribaudière. Il fut mis sous séquestre à la Révolution en même temps que le reste du domaine, jusqu'en 1816, date à laquelle il fut vendu par les héritiers de la famille de Rougé. Il est depuis le 30 mai 2001 propriété communale.

A l'écart des grands axes routiers, il offre un cadre naturel remarquable. Ces pentes douces permettent le développement d'une végétation luxuriante favorable à une riche faune. Ce plan d'eau de 9 hectares est protégé par arrêté de biotope accordé par le préfet, permettant la protection des espèces d'oiseaux, d'amphibiens et reptiles.

ETANG DU PAVILLON
PONT 4 MOULINES

Le pont de Quatre Moulines

Lieu-dit et vieux pont sur la Sèvre, qui établissait la communication avec la portion de la paroisse située sur l'autre rive. Il était étroit, dépourvu de parapets et praticable seulement pour les piétons et les bêtes de somme. Les attelages passaient par un gué qui existait à côté. Un pont moderne, situé à 200 m en amont, sur la route départementale du Longeron à Saint-Aubin-des-Ormeaux a remplacé le gué, et du vieux pont, il ne reste plus qu'une arche, du côté de la Vendée. Du reste, il n'en compta jamais que deux, qui faisaient suite à la chaussée d'un moulin également détruit. C'est le moulin, à deux partages et quatre paires de meules qui a donné son nom à Quatre Moulines.

Le pont de la Roche

Pont ancien et chaussée reliant Le Longeron à Tiffauges.

LA ROCHE

MOULIN

Le moulin de la Berrie

Appelé communément "Moulin de Jean-Marie" du nom d'un ancien meunier, le moulin de la Berrie, actuellement en ruine, appartient au syndicat d'eau. Lorsqu'on vide le barrage, on peut découvrir une belle chaussée de pierre qui relie le moulin à la rive opposée.

Le barrage du Moulin des Rivières

Construit pour l'alimentation en eau potable de la région ouest de Cholet, et rendu indispensable par la nécessité de pallier à une distribution d'eau d'un volume supérieur au débit de la Sèvre Nantaise en période de sécheresse, le barrage fut inauguré le 20 juin 1955. Il est d'une longueur de 138 m et d'une capacité de retenue de 208.0000 m3.

BARRAGE
LE ROCHER DU MANIS

Le rocher du Manis

Depuis l'année 2000, le rocher appartient à la Communauté de Communes Moine et Sèvre, qui l'a racheté à M. Chiron, propriétaire des terres du Manis. Les passionnés d'escalade y viennent de toute la région pour s'entraîner.

La grotte à Brunet

Située en contrebas de la Roulière, cette cavité dans le rocher aurait permis à des prêtres, en particulier un certain abbé Brunet, de se cacher pendant la Révolution. La roche comporte une anfractuosité pouvant abriter 4 personnes.

CHEMIN
CHAMPBLANC

Le domaine de Champblanc

Avant la révolution, le domaine appartenait à la famille De la Dive, dont sont issues les Dames de la Sorinière qui furent fusillées en 1793 au champ des martyrs d'Avrillé, puis béatifiées en février 1984. Sur le domaine, la famille Bonnet fait construire un château qui est racheté par les Pères Passionnistes après la seconde guerre mondiale pour y installer un séminaire. Il devient un institut rural agricole dans les années 1960, puis acheté par les religieuses de Torfou, il abrite désormais un lycée privé d'enseignement général et professionnel.

Le Logis

Il est construit par M. C.F. Baudry en 1815 ainsi qu'on peut lire sur le linteau de la porte d'entrée. Son architecture est caractéristique de celle des maisons de maîtres bâties au début du 19ème siècle. Melle Chaperon, dernier propriétaire, le revend à la commune en 1976.

LE LOGIS 2
GALLARD

L'usine de filature de Gallard

Propriété de M. Boutiller de la Chèze, l'ancienne filature de laine s'est établie sur la Sèvre nantaise à la fin du 17ème siècle. L'ensemble est acheté par Mathurin Bonnet-Allion en 1821 et transformé en filature hydraulique de lin et de coton en 1824. Jusqu'en 1983, l'usine de textile de Gallard est l'une des dernières de France dont l'activité rassemble la filature, le tissage et la confection.

La mairie

Elle est construite en 1911 sur les plans de l'architecte Rabjeau de Cholet, à la place d'une ancienne mairie devenue trop petite et trop vétuste. Les bureaux et le hall d'accueil sont réaménagés en 1976.

MAIRIE
Ecole

L'école

L'école est agrandie d'une salle d'asile (accueillant filles et garçons jusqu'à 6 ans) en 1851 par l'architecte Humeau de Melay. Construite en granit de la région, elle est typique des demeures bourgeoises édifiées après la Révolution. Les baies ont été transformées pour être mises aux normes, et seules les portes et les structures sont d'origine.

Le château de la Gimonière

Il a probablement été bâti au début du 16ème siècle, puis embelli au 17ème siècle. Jusqu'en 1696, il est propriété des Pillot, une famille de la région. Puis, il passe aux mains des Joubert. A la Révolution, le domaine appartient aux Mezliers. Au 19ème siècle, il appartient à la famille de la Rochefoucault, puis aux Duranceau. En 1951, Jean Roger qui est alors propriétaire du château le lègue à la commune "à charge pour elle d'en assurer la conservation par une surveillance active, susceptible d'empêcher toute dégradation". Bâti en granit, il a conservé de nombreux éléments architecturaux : fenêtres à meneaux, baies géminées, cheminées, corniches ... La porte, dans le style de la renaissance, attirait la convoitise de nombreux chercheurs de trésor. Minée par la pluie, elle s'est effondrée en 1988. Ses pierres sont conservées au pied du château. Les ruines ne sont pas accessibles au public.

CHATEAU DE LA GIMONIERE
Château de la Fribaudière

Le château de la Fribaudière

Raoul Boux en 1352, puis Milès Escageau, écuyer en 1420, demeurent dans ce château. Il passe à la famille Barro en 1512, puis la famille De Rougé en devient propriétaire en 1643. En 1784, Gabriel François De Rougé, marquis de Cholet et de Chemillé, entretient à la Fribaudière un haras de 32 chevaux. Les terres de la Fribaudière couvrent, avec celles de la Gimonière, la plus grande partie de la commune du Longeron jusqu'à la Révolution. De ce château d'origine médiévale, il ne reste que quelques ruines. Celles-ci ne sont pas accessibles au public.

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes